On ne peut pas dire que Uber réussit partout. Ces derniers temps, la firme de transport a été contrainte de quitter un certain nombre de marchés. Mais la plupart du temps, elle est chassée par des juridictions ou des règlementations. Mais aujourd’hui, on peut lire dans plusieurs médias que « Uber jette l’éponge en Chine ».

Que s’est-il passé ? La firme de San Fransisco vient, en effet, de dévoiler un deal avec son rival chinois Didi Chuxing. Il en ressort que Didi et Uber vont fusionner et créer une nouvelle entité dans laquelle l’Américain détiendra 20%. Le Chinois pourra opérer sous la marque Uber et récupérera les clients de ce dernier. En contrepartie, Didi investira 1 milliard de dollars dans Uber.

Le nouvel ensemble en Chine serait d’ores et déjà valorisé à … 35 milliards de dollars. Et Travis Kalanick, boss et fondateur de Uber, rejoindra le conseil d’administration de Didi Chuxing.

Bien sûr, cette fusion met fin à une guerre onéreuse et acharnée entre les deux rivaux du transport de personnes. Et la plupart des observateurs y voient une défaite de Uber. Dans l’immédiat c’est en tout cas un aveu de faiblesse sur le marché chinois. Mais la firme américaine mais aussi un terme à une solide hémorragie financière en Chine où elle dépensait pas moins d’un milliard de dollars par an dans la bataille!

Et puis, elle possède désormais un cinquième d’une société qui pourrait bien devenir un nouveau géant du Net. Déjà aujourd’hui, « Didi Chuxing compte 300 millions d’usagers inscrits, pour plus de 11 millions de courses effectuées chaque jour à travers 400 villes chinoises » écrit Le Point. Et Didi Chuxing intéresse des tas d’investisseurs, y compris Apple qui y a injecté 1 milliard de dollars un peu avant l’été.

On le sait, le marché chinois se révèle la plupart du temps difficile pour les géants américains du Net. Nombreux sont ceux qui s’y sont cassés les dents et Uber aurait probablement eu du mal alors que Didi détient 99 % du marché chinois des réservations de taxi en ligne…

Aujourd’hui, il détient 20% d’un groupe qui pèse -pour l’instant- 35 milliards… Sans doute une pépite dans son portefeuille. Regardez le sort de Yahoo, ancienne gloire américaine du Net. Aujourd’hui, Yahoo vend à Verizon l’ensemble de ses activités Web… mais conserve ses parts dans Yahoo Japan et dans Alibaba, la start chinoise de l’e-commerce. Yahoo possède 15% du Chinois et cela constitue l’essentiel de sa valo à 36,4 milliards de dollars. Alors, les 20% de Uber dans Didi pourraient bien devenir l’un de ses trésors de guerre… non ?

Posted by Chris

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *